Jeudi 10 septembre 2009

Etape Brest - Piriac sur mer

Les Figaro-Bénéteau font route vers Piriac sur Mer
en Loire Atlantique

Les 34 duos du Tour de Bretagne à la voile ont quitté Brest ce jeudi matin à 9h38 exactement. A la suite d'un bon et unique départ, les voiliers se sont engouffrés sous spinnaker dans le goulet avant de filer vers le Raz de Sein puis mettre le cap vers la Loire-Atlantique pour une dernière escale à Piriac-sur-mer, un petit crochet par la Bretagne historique. Premiers au Raz, Eric Drouglazet et Laurent Pellecuer, les leaders de la course étaient ensuite repérés dans le groupe de tête alors que les voiliers filaient sous spi le long de la Bretagne Sud.

Vainqueurs des deux parcours banane en rade de Brest, l'équipage de Luisina avait 12 points d'avance sur celui de Bbox Bouygues Telecom (Fred Duthil et François Lebourdais) avant les deux dernières courses du classement. « Par principe, Eric (Drouglazet) ne veut pas contrôler les adversaires, mais on ne pourra pas s'en empêcher » a prévenu Laurent Pellecuer avant de quitter le port breton. « Ce n'est qu'une fois arrivés au niveau de St Nazaire et passé la marque SNA que l'on pourra dire si la course tourne bien ou bien s'il y a le feu au lac et qu'il faut sauver les points. »

De son côté, François Lebourdais sait qu'avec Fred Duthil ils vont devoir laisser deux fois Luisina loin derrière eux pour espérer jouer la victoire finale. « On va mettre l'adsl aujourd'hui ! » a prévenu le barreur spécialiste des monotypes Melges 24 et Farr 30. Cinquième au classement provisoire avec Jean Le Cam, Nicolas Lunven ajoute que « cette étape ne s'annonce pas trop compliquée mais cela ne veut pas dire que ce sera une étape facile. Cela peut créer des surprises au niveau des résultats. »

Que ce soit pour les ténors comme pour les autres concurrents, le cumul des journées de régate pèse sur les organismes. Le Cherbourgeois Rolf Toulorge, placé à une belle 15e place avec Bruno James sur son voilier Audition Santé rappelle que l'étape Brest - Piriac se déroule lors du « cinquième jour de course. C'est une étape dans laquelle la condition physique sera importante. Il faut avoir gardé une bonne condition pour la fin de l'étape. C'est certainement la lucidité qui va faire la différence dans les derniers milles. »

Dans l'après-midi, le directeur de course Loïc Ponceau confirmait des conditions ensoleillées mais rudes favorisant les gros bras du circuit placés aux avant-postes. « Les Figaro-Bénéteau naviguent au largue serré sous spinnaker jusqu'au Toulinguet. Ils filent à une dizaine de nœuds ce qui les place en avance sur l'ETA estimée avant le départ pour une arrivée à 9 heures vendredi matin à Piriac. »

Le Tour de Bretagne, une épreuve physique
Le Tour de Bretagne est une course à part du circuit Figaro-Bénéteau puisqu'elle se joue en double et à proximité des côtes. Disputée aux points cumulés sur 7 courses dont 5 étapes et 2 parcours banane en rade de Brest, quinze jours seulement après l'arrivée de la Solitaire du Figaro, elle reste une épreuve pour marins en excellente conditions physique.

« Après la Solitaire du Figaro, je sens que je fatigue plus vite » confirme Nicolas Lunven, le vainqueur de la course sur CGPI. « Les premières étapes du Tour de Bretagne étaient plus compliquées au niveau de la navigation et les bananes de mercredi étaient ‘sollicitantes' au niveau physique ». « Le Tour de Bretagne impose un rythme plus proche du Tour de France à la voile que de celui de la Solitaire du Figaro. On ressent aussi la fin de la saison mais c'est une jolie course et c'est bien motivant ! » ajoute pour sa part Matthieu Girolet (Entreprendre - Lafont Presse). Deuxième bizuth sur la Solitaire et leader de ce classement avec Fabien Delahaye sur Port de Caen Ouistreham, Paul Meilhat complète : « comme la course se dispute sur des formats courts, l'excitation provoquée par ces étapes nous incite à ne pas ressentir la fatigue ». Vainqueur du Tour de France en catégorie amateurs, François Lebourdais (Bbox Bouygues Telecom) confirme : « C'est une course physique alors, au bout de quelques jours, on commence à être cassé. »

Samedi soir, après l'arrivée finale à La Trinité-sur-mer, les concurrents auront tout le temps de récupérer de leur fin d'été autour de la Bretagne, des souvenirs, des images et quelques courbatures mais « nous nous amusons vraiment bien sur cette course, c'est une belle aventure et c'est étrange de savoir que dans deux jours, la course sera terminée » conclue l'Anglais Jonny Malbon.

Il a dit... en mer
Loïc Ponceau à 17 heures : « on est à côté des Glénan, il y a 18 - 20 nœuds de nord-est. La mer est assez plate mais cela cogne au large. Nous sommes sous un grand soleil. Il y a un peu d'écart mais ce n'est pas très significatif pour les leaders. Les Figaro-Bénéteau naviguent au largue serré sous spinnaker jusqu'au Toulinguet. Ils filent à une dizaine de nœuds ce qui les place en avance sur l'ETA estimée avant le départ pour une arrivée à 9 heures vendredi matin à Piriac. »

Zoom sur le classement général au départ de Brest
Si Luisina (Eric Drouglazet - Laurent Pellecuer) ainsi que Bbox Bouygues Telecom (Fred Duthil - François Lebourdais) sont sur le podium depuis Perros Guirec, certains concurrents se sont rapprochés du leader. C'est le cas de Renault Arcadie (Ronan Treussart - Thibaut Vachel-Camus) qui se hisse de la 9ème à la 3ème place après les deux parcours en rade de Brest ou de Défi Mousquetaires (Thomas Rouxel - Sébastien Josse) qui passe de la 8ème à la 4ème place.
D'autres ont subi quelques déboires et ont perdu de précieuses places à l'image de ESPOIR REGION BRETAGNE (François Gabart - Jean-François Cuzon) et CGPI (Nicolas Lunven - Jean le Cam).
Et il y a ceux qui font preuve d'une régularité sans faille. Les discrets mais efficaces duos de SENOBLE (Arnaud Philippe-Godart et Yannick Le Clech), SAMSUNG MOBILE (Joseph Brault - Antoine Koch) se maintiennent à la 10è et à la 13è place respectivement, tout comme TRIER C'EST PRESERVER (Laurent Gouezigoux-Etienne Svilarich) et SUZUKI AUTOMOBILES (Thierry Chabagny-Alexis Littoz) 12è et 6è.

Du côté des bizuths
Le duo composé du premier et du deuxième bizuth de la Solitaire du Figaro sur PORT DE CAEN - OUISTREHAM (Fabien Delahayes-Paul Meilhat) se maintient solidement en tête à la 9ème place tandis que le 2ème ILIDAN (Antoine Carraz-Johan Barbarin) s'illustre à la 15ème place. Le troisième à l'arrivée à Brest, AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy-Dominique Hardy) cède sa position à ESPOIRS HABITABLES BAIE DE MORLAIX (Damien Cloarec - Guillaume Rivoalen) en 17ème place.

Ils ont dit ... Au départ de Brest
Adrien Hardy - 18è sur Agir Recouvrement avec Dominique Hardy
: "Ca va aller vite ! Les conditions ne seront pas si faciles même s'il n'y a pas grand-chose à faire en stratégie. Ca va être du tout droit. Ce sera important d'être bien placé en sortie de rade et le classement au raz de Sein aura son importance. Nous avons un peu de fatigue mais mon bateau va vite à cette allure, ça va être bien !"

Rolf Toulorge au départ de Brest - 15è sur Audition Santé avec Bruno James : "Il y aura moins de vent que prévu hier. C'est le 5ème jour de course. C'est donc une étape dans laquelle la condition physique sera importante. Il faut avoir gardé une bonne condition pour la fin de l'étape. C'est certainement la lucidité qui va faire la différence dans les derniers milles."

Antoine Koch au départ de Brest - 13è - Samsung Mobile avec Joseph Brault : "La journée d'hier était fatigante, ça s'enchaîne pas mal. Cette étape va être assez physique. Il y aura du vent fort, ça ira assez vite. A la fin, il faudra certainement faire pas mal de changements de voiles et ça se terminera au louvoyage. Nous sommes en forme, c'est plus reposant que la Solitaire. Avec Joseph nous sommes là pour bien nous amuser et naviguer ensemble, c'est le plus important."

Jean-François Cuzon t François Gabart - 11è - Espoir Région Bretagne : "Ca va être sport jusqu'au raz de Sein, des empannages, plein de cailloux à raser. Il y aura beaucoup de choses à jouer, ça va être rigolo. Par-contre, après la baie d'Audierne, nous serons sur le même bord à la queue leu leu, pour faire un tout droit. Ca me fait penser un peu à la deuxième étape de la Solitaire du Figaro. Le vent va mollir mais il remontera ce soir et on va se faire pas mal secouer !"

Jonny Malbon - 27è- Artemis avec Nick Bubb : " Ce sera une longue course au large. Nous avons eu une bonne journée hier et j'espère que ca va continuer aujourd'hui et cette nuit. Nous sommes très punchy, c'est parfait ! Hier c'était très venté et nous avons fait du très bon boulot. Le vent sera à peu près identique aux alentours de 20 noeuds, au reaching. Nous allons voir si aujourd'hui nous pouvons aussi rester dans la tête de flott. Nous nous amusons vraiment bien sur cette course, c'est une belle aventure et c'est étrange de savoir que dans deux jours, la course sera terminée."

Nicolas Lunven - 5è sur CGPI avec Jean le Cam : « On est content d'avoir dormi une heure et demie de plus ce matin. Après la Solitaire du Figaro, je sens que je fatigue plus vite. Les premières étapes étaient plus compliquées au niveau de la navigation. Les bananes de mercredi étaient sollicitantes au niveau physique. Aujourd'hui, on part pour une grande étape. De toute façon, toutes les étapes sont dangereuses. Et même si cette étape ne s'annonce pas trop compliquée cela ne veut pas dire que ce sera une étape facile. Cela peut créer des surprises au niveau des résultats. »

Arnaud Godart - Senoble : « On est content de notre début de course. On va essayer de continuer notre Tour de Bretagne sans prendre de bâche. Le double, c'est bien pour progresser à bord du bateau et améliorer les réglages. Je commence à connaître mes voiles maintenant et du coup, on est bien dans le match. Il faut être à 100% en permanence sur le bateau mais c'est sportif ! J'ai bien récupéré après la Solitaire du Figaro alors je suis assez en forme. On va essayer de faire une bonne étape. On va éviter de prendre un Z sur un départ et de naviguer propre et régulier. »

Matthieu Girolet - Entreprendre (Lafont Presse) : « J'ai participé au Tour de France à la voile cet été. Et le Tour de Bretagne impose un rythme plus proche du TFV que de celui de la Solitaire du Figaro. On ressent aussi la fin de la saison mais c'est une jolie course et c'est bien motivant ! Ca se passe bien. A bord, on s'est réparti les rôles. Pour cette étape, c'est Alexandre Toulorge qui gère la navigation. Le vent devrait tenir un petit moment et mollir sur l'arrivée. Si le comité a rallongé le parcours, c'est qu'il pense que ça va aller vite alors c'est parfait ! Ce qui fait l'attrait de cette course c'est la variation de la taille des parcours, de leur intensité ce qui crée des jeux différents à chaque fois. Comme c'est la fin de la saison, c'est bien de naviguer en double mais cela ne rend pas l'exercice plus facile pour autant. »

Paul Meilhat - Port de Caen Ouistreham : « On sent encore un peu la fatigue de la Solitaire du Figaro alors on est un peu fatigué. Mais comme la course se dispute sur des formats courts, l'excitation provoquée par ces formats courts nous incite à ne pas ressentir la fatigue. D'autant plus que moi, je m'occupe des manœuvres depuis St Malo. Les parcours sont sollicitant. Hier, en rade de Brest, c'était l'apogée du truc. C'est quand même costaud. D'autant plus que c'étaient mes premiers parcours banane en Figaro ! »

Tual Le Guillerm - Côtes d'Armor : « On a eu du mal au début du Tour de Bretagne. Mais on retrouve nos marques maintenant. Nous avons recalé les mâts vers l'arrière pour lui donner un peu de quête selon les conseils des ténors du circuit. Alors on devrait aller plus vite. Ce sont des courses sympas, mais c'est dur. Le Figaro-Bénéteau est un bateau bien adapté pour la course en équipage réduit alors ça va. On va essayer de bien naviguer jusqu'à la fin. Mais pour le moment, avec Oswenn Le Foll on s'entend bien. Ça roule à bord ! »

François Lebourdais - Bbox Bouygues Telecom : « On va mettre l'adsl aujourd'hui ! C'est une course physique alors au bout de quelques jours, on commence à être cassé. Même si on se couche tôt, on commence à être fatigué. Cela va être physique aujourd'hui. On va naviguer au reaching, sous spi ou pas... Et ça va être serré. »

Classement intermédiaire à Cap Caval à 16h -
1 : CGPI (Nicolas Lunven, Jean Le Cam)
2 : BANQUE POPULAIRE (Gildas Mahé, Vincent Biarnès)
3 : LUISINA (Eric Drouglazet, Laurent Pellecuer)
4 : DEFI MOUSQUETAIRES (Thomas Rouxel, Sébastien Josse)
5 : TRIER C'EST PRESERVER (Laurent Gouézigoux, Etienne Svilarich)
6 : BBOX BOUYGUES TELECOM (Frédéric Duthil, François Lebourdais)
7 : SAMSUNG MOBILE (Joseph Brault, Antoine Koch)
8 : ESPOIRS HABITABLES BAIE DE MORLAIX (Damien Cloarec, Guillaume Rivoalen)
9 : PORT DE CAEN OUISTREHAM (Fabien Delahaye, Paul Meilhat)
10 : ESPOIR REGION BRETAGNE (François Gabart, Jean-François Cuzon)
11 : SUZUKI AUTOMOBILES (Thierry Chabagny, Alexis Littoz)
12 : RENAULT ARCADIE (Ronan Treussart, Thibault Vauchel)
13 : ILIDAN (Antoine Carraz, Johan Barbarin)
14 : SKIPPER MACIF (Eric Péron, Gérald Veniard)
15 : AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy, Dominique Hardy)
... La suite du classement sur
http://www.tourdebretagnealavoile.com