Mardi 8 septembre 2009

Arrivée de la 3ème étape à Brest

Thierry Chabagny et Alexis Littoz vainqueurs à Brest,
Eric Drouglazet et Laurent Pellecuer 2èmes et nouveaux leaders

Thierry Chabagny et Alexis Littoz se sont imposés en milieu d'après-midi dans la rade de Brest au terme de la troisième étape du Tour de Bretagne à la voile. Partis lundi soir de Perros Guirec, les 34 Figaro-Bénéteau avaient rejoint l'Aber Wrac'h au moteur dans la nuit avant de se relancer vers Brest au lever du jour et dans la brume. Au terme de cette 3è étape raccourcie, la victoire est revenue à l'équipage de Suzuki Automobiles devant celui de Luisina (Drouglazet & Pellecuer) qui occupe désormais la première place du classement général.

Après une nuit de convoyage au moteur et une pause dans le port de l'Aber Wrac'h, Loïc Ponceau, le directeur de course et Jean Coadou, Président du comité de course, ont relancé les concurrents au lever du jour ce mardi matin. A la troisième tentative, le comité de course a flashé sept équipages avant le coup de canon libérateur en position interdite au-delà de la ligne. Ces sept-là, dont le vainqueur des deux premières courses, le voilier Espoir Région Bretagne mené par François Gabart et Jean-François Cuzon, se sont vus infliger une pénalité de 7 points.

« On est reparti sous la règle noire au 4è départ » s'est souvenu Eric Drouglazet. « De la Grand Basse de Portsall à Swansea Vale et jusqu'à l'entrée de Camaret, on était dans la brume. A Portsall, on est passé en tête puis quand la brume s'est levée, on était cinquième. Après, on est allé dans le Sud chercher le vent synoptique. On a empanné avec Suzuki et on a pris un coup de pied au c.. avec le courant. Voilà l'histoire ! » Le skipper de Luisina associé à Laurent Pellecuer est désormais le nouveau leader de la course au cumul des points enregistrés sur les 3 premières étapes. « Même sans les pénalités, on serait devant au classement général car on n'avait que 6 ou 7 points de retard » tient-il d'ailleurs à souligner.

Si l'histoire a bien tourné pour le spinnaker rose du voilier Luisina, cela a été le cas aussi pour le blanc du Suzuki Automobiles de Thierry Chabagny et Alexis Littoz. Le skipper à temps plein du Figaro Bénéteau et son équipier issu du match-racing l'ont emporté grâce à une belle manœuvre effectuée sous l'initiative du match racer. « On a fait un empannage pile poil au bon moment avant l'entrée dans le goulet » explique Thierry. « La victoire sur cette manche s'est sans doute jouée sur cet empannage au bon endroit pour glisser devant et prendre 2 à 3 longueurs d'avance que l'on a gardées jusqu'à l'arrivée » complète Alexis.

Derrière ces deux équipages, les bizuths de Port de Caen Ouistreham prennent la 3è place, mais eux-aussi se voient pénalisés de 7 points. « On était à l'attaque ! Sur une manche comme celle-là, c'était important de partir devant, mais on s'est fait piéger par le courant mollissant » explique Fabien Delahaye qui rappelle qu'une place dans les dix premiers reste une bonne place dans une course qui se joue au cumul des points. Dixièmes à Brest François Gabart et Jean-François Cuzon accumulent 17 points sur cette étape et perdent leur avance au classement général. Ils se retrouvent cinquièmes au général à 8 points de Luisina. "Nous avons pris un départ précoce et l'on a déchiré le spi alors que nous étions en 5è position. 7 points de pénalité plus 5 points de spi, ça fait lourd pour une seule journée. Mais nous sommes 5è au général, nous sommes à la moitié de la course, etdemain nous allons nous arracher sur les parcours en rade, Jef est d'ici ! Et tout le monde peut se prende une pénalité d'ici la fin de la course. Alors tout va bien !!!" commente François Gabart.

Chez les bizuths, Fabien Delahaye et le brestois Paul Meilhat sur Port de Caen Ouistreham maintiennent leur place de leader.

Mercredi, les 34 équipages restent à Brest pour disputer deux régates en rade qui peuvent chambouler le classement. Il y a deux ans, lors des deux régates qui se disputaient en baie de Douarnenez, Eric Douglazet, alors équipé par Jean-Pierre Nicol, était en tête de classement général... avant de se retrouver 10e au terme d'une journée épique. « Il va falloir que l'on soit bon sur les parcours banane mercredi à Brest. C'est très risqué comme journée » prévient Laurent Pellecuer.


Ils ont dit... à l'arrivée à Brest

Thierry Chabagny - 1er sur SuzukiAutomobiles : « Super ! ... On a fait un empannage pile poil au bon moment avant l'entrée dans le goulet. Juste avant, on était dans les 5 premiers avec Port de Caen Ouistreham et Défi Mousquetaire. Puis cela a molli. On ne s'est pas trop enfoncé dans la baie de Camaret et on a passé trois bateaux à la fois grâce à ce décalage de 20 mètres. Pour les autres, cela a tamponné dans la passe Sud. Et derrière, Eric Drouglazet est parvenu a revenir en deuxième position. C'était à l'heure où le vent thermique se met en place ce qui a rendu la fin assez tendue. »

Alexis Littoz - 1er sur Suzuki Automobiles : « Ce n'était pas évident. Jusqu'au bout, c'était super serré. Trois heures avant l'arrivée, quand la brume s'est levée, on ne savait pas où l'on était placé... Cela s'est joué sur les 8 derniers milles. Après, le jeu consistait à rentrer dans la rade avec le paquet de tête. Quand il a fallu empanner en tribord amure, c'est moi qui l'ai proposé à Thierry. La victoire sur cette manche s'est sans doute jouée sur cet empannage au bon endroit pour glisser devant et prendre 2 à 3 longueurs d'avance que l'on a gardées jusqu'à l'arrivée. »

Eric Drouglazet - 2e sur Luisina : « On est reparti sous la règle noire au 4e départ. De Basse Portsall à Swansea Vale et jusqu'à l'entrée de Camaret, on était dans la brume. A Portsall, on est passé en tête puis quand la brume s'est levée, on était cinquième. Après, on est allé dans le Sud chercher le vent synoptique. On a empanné avec Suzuki et pris un coup de pied au c.. avec le courant. Voilà l'histoire ! »

Laurent Pellecuer - 2e sur Luisina : « Il va falloir que l'on soit bon sur les parcours banane mercredi à Brest. C'est très risqué comme journée, surtout que moi je n'ai pas navigué sur de tel parcours à ce niveau cette année... »

Fabien Delahaye - 3e sur Port de Caen Ouistreham : « On était à l'attaque ! Sur une manche comme celle-là, c'était important de partir devant, mais on s'est fait piéger par le courant mollissant. Du coup on est monté devant et on a fait un départ prématuré. Pour le 4e départ sous règle noire, on a repris des risques. On savait qu'il y aurait du ventre sur la ligne mais on avait pris des repères fiables. On passe alors 4e ou 5e à la bouée de dégagement. Et l'on passe toute la course dans le paquet des cinq premiers. On prend 7 points de pénalité mais cela nous fait une manche dans les 10 premiers. »

François Gabart - 10è sur Espoir Région Bretagne : "Nous avons pris un départ précoce et l'on a déchiré le spi alors que nous étions en 5è position. 7 points de pénalité plus 5 points de spi, ça fait lourd pour une seule journée. Mais nous sommes 5è au général, nous sommes à la moitié de la course, etdemain nous allons nous arracher sur les parcours en rade, Jef est d'ici ! Et tout le monde peut se prende une pénalité d'ici la fin de la course. Alors tout va bien !!!"

Oswenn le Foll - 19è sur Côtes d'Armor : « Nos atouts c'est que nous naviguons souvent ensemble depuis 5 ans en match racing, nous nous connaissons bien. On a nos petites habitudes, nous avons un peu le même fonctionnement, nous sommes complémentaires pour barrer, tactiquer ou gérer le bateau. Nous ne contrôlons pas encore à 100% la vitesse du bateau. Ce qui me plait beaucoup sur cette course, nous tentons des options même avant les autres et parfois risquées, mais nous avons plaisir à faire ce à quoi nous croyons. Il me manque encore quelques habitudes de réglage des voiles et du mât pour aller plus vite. »

Arnaud Godart - Philippe -13è sur Senoble : "On n'a rien vu sur toute la descente du Four c'était vraiment sympa cette régate au contact sans voir le contact ! Nous nous en sortons plutôt bien, 13è à Brest et 8è à l'entrée du goulet. On a bien rigolé, quand le brouillard se lève c'est vraiment beau. ON a dormi à l'Aber Wrac'h au port, 3 heures et demi. Ce tour de Bretagne me permet de bien bosser sur les réglages du bateau, et la vitesse. C'est un bon apprentissage et ça me permet de renouer avec l'équipage tout en faisant du Figaro. »

Antoine Carraz - 7è sur Ilidan : « Nous étions bien au départ nous sommes passés 8è à la bouée de dégagement. A la pointe Saint-Mathieu nous nous sommes retrouvés avec les bateaux de tête. Tout était très serré, on a réussi à grappiller les places une par une. C'est la première fois que l'on navigue tous les deux en régate en Figaro. Quand les autres nous doublent, nous regardons comment ils règlent leurs bateaux et nous commençons à comprendre ... et à nous battre avec les bons."

Vianney Jacquier - 24è sur Alhyange Acoustique : « On était bien au début, on a tiré dans les cailloux peut-être un peu trop. Super belle étape. Pierre était l'un de mes formateurs à l'Institut Nautique de Bretagne et il a navigué en Figaro, notamment sur une transat AG2R. Il a forcément des choses à m'apprendre sur la préparation de la navigation, les courants et sur le Figaro. Ca se passe super bien à bord. »

Sébastien Thétiot - 14è sur Grandeur Nature : « Super rigolo comme tout. On ne voyait rien, c'était un peu le jeu du chat et de la souris. On est content parce qu'on n'a pas les voiles prévues. Si nous pouvions rester à cette place-là, ce serait très bien. Avec une voile en bon état j'aurais pu faire mieux et satisfaire mon partenaire mais cette voile est de 2004, elle a fait 2 tours de Bretagne, 1 Solitaire du Figaro, ... pas facile ! »

Gwenolé Bernard -  29è sur Ito Marine : « On est mal parti, nous prenons une pénalité de 20%. Nous découvrons le Figaro et nous avons un peu de mal en vitesse. Je suis étudiant en architecture navale et Vincent travaille dans la construction navale. Nous sommes des bons copains avant tout. Nous avons trouvé le bateau, des copains nous ont aidés, nous avons pu boucler le budget et nous sommes là ! Notre objectif est plutôt de courir au large, le Tour de Bretagne est un bon format en alternant régate et parcours côtier. Il faut de l'entraînement vu le niveau. Notre objectif est de courir tout en ayant notre métier à côté. »

Fred Duthil - 9e sur Bbox Bouygues Telecom : « Lors des deux parcours banane de demain, cela peut faire du ménage. »

Adrien Hardy - 21è sur Agir Recouvrement : « On a passé une bonne nuit malgré tout. On a pu dormir avant de repartir au niveau de l'Aber Wrac'h. Puis on a fait 4 départs. On était tous à bloc ! Après le vrai départ, c'était un peu plus difficile et juste après la basse de Portsall, on s'est décalé au large et on a tout perdu. Il ne devait plus rester que deux bateaux derrière nous. Mais on termine bien puisque l'on doit finir 17e ou 18e. Je suis un peu déçu car j'aimerais faire une manche dans les 10 premiers. Sur l'eau, on voit bien qu'il y a deux catégories même si, malgré tout, cela fait des arrivées très serrées. Finalement, on a vécu une belle étape ! »

Classement général provisoire après 3 étapes : les 10 premiers
1. LUISINA E. Drouglazet L. Pellecuer
2. CGPI N. Lunven J. le Cam
3. Bbox BOUYGUES TELECOM F. Duthil  F. Lebourdais
4. BANQUE POPULAIRE G. Mahé  V. Biarnès
5. ESPOIR REGION BRETAGNE  F. Gabart  JF Cuzon
6. SUZUKI AUTOMOBILES  T. Chabagny  A. Littoz
7. PORT DE CAEN OUISTREHAM F. Delahaye P. Meilhat
8. DEFI MOUSQUETAIRES T. Rouxel S. Josse
9. RENAULT ARCADIE R. Treussart  T. Vauchel-Camus
10. SENOBLE A. Godart-Philippe Y. le Clech

Tous les classements sur http://www.tourdebretagnealavoile.com