Lundi 7 septembre 2009

Départ de la 3è étape Perros Guirec - Brest

Etape nocturne au ralenti vers Brest pour les 34 duos

Le départ de la troisième étape de la septième édition du Tour de Bretagne à la voile 2009 sera donné ce lundi soir. Les 68 concurrents sont attendus mardi midi à Brest où ils viendront s'amarrer dans le nouveau port du Château à l'issue de la troisième étape entre Perros Guirec et le port du Finistère.

C'est à 19h30 que le départ de la troisième étape va être donné depuis le port de Perros Guirec. Les 34 équipages vont s'élancer pour 84 milles à destination de Brest en passant pas les sept îles, l'île de Batz et le fameux passage du chenal du Four. « On prépare le mouillage ! » prévient même Damien Cloarec, le jeune espoir Morlaisien. Si le vent n'est pas de la partie, les navigateurs devront être parés à accrocher leur voilier aux bas fonds pour éviter de reculer avec la marée... Et c'est peu de le dire. Loïc Ponceau, Directeur de course, estime que l'arrivée à Brest pourrait ne pas intervenir avant 15h00 mardi soit une durée d'étape de 19 heures à une vitesse moyenne de 4 à 5 noeuds : "Le départ va se faire dans un vent d'Est de plus en plus léger. Mais le vent de sud devrait se lever vers 2 ou 3 heures du matin. Avec un coefficient de 90 et la pleine lune, la nuit va être très intéressante."

« La manche qui nous attend, entre Perros Guirec et Brest, est une manche de nuit. Ça change beaucoup de choses et ce sont les anciens qui vont revenir devant car l'expérience est importante » ajoute pour sa part Jean-Pierre Nicol (Gavottes). « Au niveau du parcours, la pointe de la Bretagne est un terrain de jeu particulier. Les coureurs qui sont à l'aise sur ce terrain sont des gens comme Gildas Mahé (Banque Populaire) ou encore François Gabart. Au passage du Four et à l'entrée de la rade de Brest, le vent se modifie toujours. » Cette troisième régate promet donc d'être encore une fois palpitante pour les marins comme pour les observateurs.

Au classement général, les écarts sont encore serrés. François Gabart et Jean-François Cuzon, vainqueurs des deux premières étapes sur Espoir Région Bretagne, disposent de 5 points d'avance sur Duthil et Lebourdais. « Cinq points, c'est comme si tu sortais avec une fille depuis 1 heure ! » plaisante le Briochin Fred Duthil (Bbox Bouygues Telecom). C'est dire si c'est peu significatif.

Du côté des bizuths, la course est, pour le moment, dominée par les deux premiers de cette catégorie lors de la Solitaire du Figaro. Paul Meilhat, l'équipier de Fabien Delahaye (Port de Caen Ouistreham) est heureux de jouer aussi pour ce classement. "Nous sommes 15 équipages ce qui représente la moitié des concurrents. Dans ce classement, nos premiers concurrents sont Joseph Brault et Antoine Koch (Samsung Mobile) ! Sur le podium, on retrouve aussi Damien Cloarec qui est troisième avec Guillaume Rivoalen. Ils sont très bons, mais ils ont moins d'expérience en Figaro."

Damien et Guillaume, ce sont les deux jeunes espoirs de la baie de Morlaix... Et peut-être les futurs Le Cléac'h et Troussel ! Issus pour l'un du dériveur Europe et du catamaran F18 pour l'autre, ils sont 14e du classement général provisoire et donc 3e des nouveaux venus sur le Tour de Bretagne. « On navigue bord à bord avec les très bons du circuit » explique Damien Cloarec (Espoirs Habitables Baie de Morlaix). « C'est donc qu'il y a moyen de faire un bon résultat ! En tout cas, on est content d'être là. On savait que c'était une super épreuve. C'est une course unique et c'est mythique. »

Douzièmes du classement général, Joseph Brault et Antoine Koch occupent la deuxième place du classement bizuth. Ils sont intercalés 11 points derrière Fabien Delahaye et Paul Meilhat et huit devant Damien Cloarec et Guillaume Rivoalen. « Cela fait un classement de plus qui reste intéressant » ajoute Joseph, un ancien planchiste de la région lorientaise maintenant préparateur du team Sopra de son équipier pour le Tour. Trentième pour sa première Solitaire du Figaro cet été, il y a terminé 3e du classement bizuth. Avant de quitter les pontons de Perros Guirec, il a pris le temps d'étudier la météo du parcours vers Brest : « Cela va être très mou pour le départ. Après, le vent sera orienté au Sud soufflant à une dizaine de nœuds jusqu'à mardi matin. Cela ne va pas être du vent très fort ! »

LES SAVOYARDS EN FORCE
Ils sont quatre savoyards à régater autour de la Bretagne et ils ne sont pas là pour faire de la figuration. Antoine Carraz, licencié à Annecy, court sur Ilidan. Au-delà d'être préparateur dans l'équipe du monocoque Foncia, Antoine est équipier sur le bateau Val Thorens qui a terminé 5ème du Tour de France à la Voile 2009. C'est d'ailleurs sur ce bateau qu'il côtoie un autre co-skipper du Tour de Bretagne, Alexis Littoz. Alexis est le skipper de Val Thorens et court le Tour de Bretagne à bord de Suzuki Automobiles avec Thierry Chabagny. Vincent Vachette, qui a grandi à Chambéry, court le tour de Bretagne en figariste averti sur HCI. Enfin Gérald Veniard, rochelais d'adoption dont la famille vit entre la vallée de la Tarentaise et Chambéry, fait équipe avec Eric Peron sur Skipper Macif. Leurs places au classement général provisoire après deux étapes : 10. Skipper Macif (Gerald Veniard) - 11. Suzuki Automobiles (Alexis Littoz) - 21. Ilidan (Antoine Carraz) - 34. HCI (Vincent Vachette)

ILS ONT DIT ... AU PORT DE PERROS GUIREC

Damien Cloarec - Espoirs Habitables Baie de Morlaix
: « Il ne fait pas regarder les points pour le moment. Il y a beaucoup à faire. On pense plutôt à ce soir. On prépare le mouillage ! Pour participer à cette course, on a récupéré le bateau, il y a 15 jours. On a vu sur les deux premières étapes que l'on peut faire des choses intéressantes. On navigue bord à bord avec les très bons du circuit, c'est donc qu'il y a moyen de faire un bon résultat. En tout cas, on est content d'être là. On savait que c'était une super épreuve. C'est une course unique et c'est mythique. »

Paul Meilhat - Port de Caen Ouistreham : « Il y a une belle bouteille à remporter pour chaque victoire d'étape au classement bizuth. On en a une chacun pour le moment ! C'est bien ce classement, cela permet aussi de faire parler de nous. En plus, nous sommes 15 ce qui représente la moitié des équipages. Dans ce classement, il y a Joseph Brault avec... Antoine Koch ! Sur le podium, on retrouve aussi Damien Cloarec qui est troisième avec Guillaume Rivoalen. Ils sont très bons, mais ils ont moins d'expérience en Figaro. Cela se passe super bien avec Fabien Delahaye même si on n'avait jamais navigué ensemble avant le départ. C'est sympa de naviguer ensemble après la Solitaire. En plus, ce format de course est génial !»

Alexandre Toulorge - Entreprendre (Lafont Presse) : "On est 26e pour le moment, ce n'est pas glorieux. Mais avec Matthieu Girolet, on ne se connaissait pas avant le départ. On n'a même jamais navigué ensemble. Ce n'est que le début de la régate alors il nous faut un peu de temps pour trouver des automatismes ensemble. Pour ma part, c'est mon 4e Tour de Bretagne. Pour mon père Rolf, c'est sa deuxième participation mais nous n'avons jamais participé au Tour de Bretagne ensemble. Cette année, c'est Matthieu qui m'a proposé de courir avec lui. Il cherchait quelqu'un qui y avait déjà pris part. Alors j'essaye de lui apporter ce que je peux. »

Fred Espagnon - Marco Polo : "On est en société avec mon frère Christophe qui a participé à la Solitaire du Figaro. On a acheté le bateau en leasing sur 5 ans. Mon grand frère est sportif de haut-niveau. Après les Jeux Olympiques, il s'est lancé dans un projet course au large. De mon côté, je travaille comme marin professionnel et je fais un peu de voile de temps en temps. J'ai inscrit le bateau pour participer à cet événement-là. Mon équipier Gaël était le préparateur de Christophe pendant la Solitaire. On découvre le bateau tous les deux car on n'a pas eu le temps de s'entraîner. C'est pour nous le deuxième jour de navigation ensemble seulement.»

Fred Duthil - 2è à 5 points d'Espoir Région Bretagne sur Bbox Bouygues Telecom : « On s'en sort bien depuis le début. Mais il y a de la marge de progression. Cinq points, c'est comme si tu sortais avec une fille depuis 1 heure ! »

François Lebourdais - Bbox Bouygues Telecom : « C'est serré. Ce n'est que le début et comme toutes les manches comptent, rien n'est joué. Malgré des départs moyens, on a réussi à rester dans les 5 premiers à chaque étape. Et toutes les manches dans les 5 premiers sont bonnes à prendre. »

Ronan Treussart - Renault Arcadie : « Nous sommes neuvièmes ex-aequo à un point seulement du précédent. C'est serré. Les deux jours que l'on a fait équivalent à la journée de bananes à Brest. Donc rien n'est fait ! »